Week XI, XII & XIII… Indonesia

DAY 1

Arrivée à Bali en grande pompe. Kadet (le chauffeur privé de la tante de Juliette) brandit fièrement son panneau avec notre nom, on en aurait presque les larmes aux yeux. On toise les taxis qui nous annoncent des prix exorbitants et nous voilà arrivées dans la petite maison au fond du jardin…
L’oncle et la tante de Juliette nous prêtent leur petite maison. Le genre de maison qui fait 12 fois la taille de ton appart à Paris et qui a sa propre piscine a débordement… on sent que la vie va être dure à Bali.
Un poulet rôti nous attend sagement au frigo avec une petite salade de crudités et une vinaigrette à la française… trop d’émotion pour les globe-croqueuses. Après ce festin, on part arpenter les rues de Seminyak (le quartier branché de Bali) à la recherche d’un verre de vin, eh ouais faut bien mettre la cerise sur le gâteau !
L’oncle adoptif de Mahé est à Bali alors on s’empresse de le rejoindre au Made’s warung (une institution de Seminyak). On commande une bière et quelques arak madu, le genre de boisson que tu savoures sur le moment et que ta migraine te fait regretter quelques heures plus tard. On a quelque chose à célébrer ? Demain le copain de Juliette arrive et les globecroqueuses divorcent …
Dur réveil dans de grands draps blancs. Le lit nous aspire mais on arrive tant bien que mal à lui faire faux bond. Petit tour dans les agences de touristes pour trouver un bus pour Mahé qui veut quitter l’île, et passage chez la charcutière (esthéticienne) pour Juju. A 13 heures, Juliette dépose Mahé à la station de bus. Ça fait tout bizarre.
Les aventures de Mahé en solitaire c’est maintenant sur les globecroqueuses.

 DAY 2

Mahé part barouder de son côté. Le plan c’est d’aller voir ce qui se passe sur l’île de Florès, mais elle ne sait pas vraiment encore comment y aller.
Le maître mot c’est l’impro.
Depuis Seminyak à Bali, elle prend un mini van jusqu’au port de Padangbai, d’où partent les fastboats et les ferrys vers les îles voisines. A peine sortie du minivan, après 5 heures de route, qu’une dizaine d’indonésiens lui sautent dessus pour lui proposer des services en tous genre (massage, manucure, guesthouse, taxi, fastboat). Mais Mahé ne veut rien de tout ça, elle veut prendre un ferry jusqu’à Lembar (ville du sud de Lombok) pour ensuite rejoindre Senggigi, d’où elle compte embarquer sur un bateau pour une « croisière » de quelques jours jusqu’à Florès.
Le prochain ferry direction Lembar part à 19 heures et arrive à destination à 3 heures du matin. Ca semble parfait … sauf que … c’est quoi le plan à 3 heures du mat à Lembar ? Un taxi de nuit ça risque d’être hors de prix alors l’ami Mahé se ravise, elle ne prendra pas le ferry de 19 heures mais celui de 2 heures du matin, histoire d’arriver à Lembar à l’heure des premiers bus locaux, les bemos. C’est parti, 41 000 roupies pour le ferry (moins de 4 euros), on aime les mini prix !
Bon, en attendant va falloir s’occuper jusqu’à 2 heures du mat … dans le coin ya pas grand chose à faire, ya trois restos qui se batent en duel et une épicerie bazar qui vend a peu près tout et n’importe quoi. Après plus d’une heure à trainer dans les rayons de cette caverne d’alibaba, Mahé passe en caisse ; 4 brochettes de poulet au saté, un fried rice, un paquet de cacahuettes, un oreiller gonflable et 4 bouquins d’occaz.
En romanichelle qui se respecte, elle s’installe sur un des bancs du port. Quelques heures de lecture à la belle étoile avant d’embarquer à bord du Napoléon (véridique) et Mahé termine sa nuit sur le pont du ferry.
13077231_10154052982685729_2135553177_n

DAY 3

Arrivée à Lembar, tout se passe comme prévu, il n’y a pas de bus (jour férié parait-il). Les taxis en profitent pour gonfler les prix. 30 dollars pour aller à Senggigi, really ?!
Mahé négocie, s’énerve, boude, re-négocie, re-boude, jusqu’à obtenir le prix de 10 dollars. En voiture Simone ! A peine arrivée, abandon de backpack dans une guesthouse bon marché et position étoile de mer sur la plage de Senggigi, truffée de bébés tortues.

DAYS , 4, 5, 6 & 7

Aujourd’hui Mahé embarque à bord du Youyou. Le Youyou c’est un bateau, qui porte le même nom que son capitaine, complètement jeté. Une vingtaine de personnes à bord, des allemands, des argentins, des espagnols, et des anglais (eux aussi complètement jetés). Juste avant d’embarquer, un petit tour au marché pour faire le plein de victuailles et de boissons. Craignant une éventuelle pénurie, la team anglaise achète trois caisses de bières supplémentaires. On vient de petit dej, il est 9 heures du mat, l’heure pour eux d’ouvrir la première caisse, « cheers mate » ! Ça promet …
Capitaine Youyou c’est quoi le programme ?
Jour 1 : Snorkeling à pink beach et navigation
Jour 2 : Visite du lagon bleu et petite rando jusqu’aux cascades de l’île de Rinta
Jour 3 : Rencontre avec les dragons de komodo à Rinca island
Jour 4 : Arrêts dans plusieurs criques et arrivée a Labuan Bajo, Florès
En résumé : 3 nuits à la belle étoile sur le pont du bateau, du poisson grillé et du fried rice, des « cheers mate » à en pleuvoir, des paysages à couper le souffle, des dauphins, des raies mantas, et des dragons de Komodo. Pas de douche et 1 chiotte pour 20 personnes mais vraiment pas grave.
13081604_10154052986310729_2007306883_n
Le soir du 4ème jour, Youyou propose à ceux qui veulent de dormir une nuit supplémentaire sur le bateau. Les plus téméraires acceptent. Mahé hésite … ça pourrait permettre d’économiser une nuit d’hotel et de profiter d’un dernier lever de soleil sur le pont du bateau mais … l’envie de prendre une douche + de déméler ses dreadlocks prend le dessus.
Elle se met donc à la recherche d’une guesthouse à Labuan Bajo, et atterit à Cool Corner, une guesthouse tenue par un certain Gregorius (véridique). Gregorius c’est donc le proprio d’une petite maison de 60 m2, qu’il a transformée en dortoir géant. Gregorius dort avec ses backpackers dans la même pièce, mange avec eux, et leur achète des donuts tous les matins pour le petit dej. Bref, un vrai papa poule.
 Après la douche du siècle, direction the place to be ; Paradise bar, ce soir toute la team croisière se rassemble pour manger et boire des coups. Bière, chicken saté et live raggae. Et de l’arak s’il vous plait, pour le capitaine Youyou.

DAY 8

 Réveil à 5 heures du matin pour prendre un guemini (bus local) en direction de Bajawa. Mahé a envie d’aller explorer l’île, ses rizières, ses cascades et ses volcans. Là voilà donc partie pour une dizaine d’heures du bus, sur des routes de montagne, avec deux poules en cage sous son siège. Mahé est définitivememt la seule boulé (baptou en indonésien) du bus. Personne ne parle un mot d’anglais mais les mimes font le boulot. Edouardo, un vieil homme à l’allure cubaine prend place à sa gauche et veille sur elle pendant tout le voyage, Edouardo la bonne étoile.
Arrivée a Bajawa de nuit après un trajet un peu éprouvant. Il fait froid dans les terres. Il n’y a toujours pas l’ombre d’un « boulé » et Mahé, qui n’a rien réservé, ne sait pas où elle est, ni où aller. Grand moment de solitude.
« Juuuuu, t’es oû ??! »
C’est a ce moment précis, alors que Mahé tente de mimer « une guesthouse pas chère » (pas facile facile), qu’Edwin fait son entrée, Edwin la deuxième bonne étoile. Edwin explique à Mahé que la ville de Bajawa se situe à 2 kilomètres (mapsme confirme) et lui propose de l’aider à trouver une guesthouse bon marché. Bingo !
Mahé doit elle faire confiance à Edwin et monter sans casque sur son scooter, avec son backpack sur le dos ? Apres tout c’est ça ou elle dort là … alors andiamo !
Atterrissage dans une auberge fantomatique, tenue par un couple de chinois. La chambre se situe au 5ème étage. On se croirait presque dans Shining. C’est vraiment pas accueillant et le ménage n’a pas été fait depuis au moins 1 an mais pas vraiment le choix … position pharaon, drap de soie, boules quiès, pince nez et … demain est un autre jour !

DAY 9

Ce matin Edwin vient chercher Mahé pour lui faire découvrir les trésors de son île. Petit trek dans la jungle pour aller admirer le volcan Enerie.
Sur le chemin Edwin cueuille/ramasse tout ce qui est comestible ; graines de café, fruits de la passion, cannelle fraiche, gingembre, cacahuètes, bananes. Edwin est innarretable, cascades, volcans en activité, hot springs, il trimballe Mahé toute la journée.

DAY 10

Ce matin Mahé avait prévu de prendre un guemini direction Moni pour aller grimper le Kelimutu (le volcan incontournable de Florès) mais c’est mal parti … aujourd’hui c’est Pâques et à Florès il y a 98 % de catholiques. Personne ne bosse, et demain non plus. Le Kelimitu ce sera pour une prochaine fois, déception …
Plan B : Retourner à Labuan Bajo … c’est beaucoup mons loin que Moni mais c’est toujours le même problème … aucun bus ne circule. Mahé passe un coup de fil à son pote Edwin.
« Allo Ed, tu peux me rendre un service ? Je suis dans le pétrin … il faut que je retourne à L Bajo aujourd’hui sinon je risque de rater mon avion lundi ».
Suffisait de demander, après quelques heures d’attente Ed fini par dégotter une voiture qui part à Labuan Bajo. Mahé monte dans le coffre. Merci Ed !
Après 10 heures de coffre, retour au bercail, plus précisément chez Gregorius. Petit poisson grillé des familles dans l’incroyable night market de Florès. Passage obligé au Paradise bar et prolongations, elles aussi obligatoires.
13023518_10154052996720729_999571538_n

DAY 11

Les vacances en solitaire c’est déjà fini ! Aujourd’hui Mahé retourne à Bali pour retrouver Juju. En bon père de famille Gregorius la dépose à l’aéroport. Adieu Florès … enfin non, à la revoyure, c’est sur !
Pendant tout ce temps, Juju se la coule douce entre Nusa penida et Ubud, c’est l’amour à la plage… Son amoureux l’invite à l hôtel, ce soir c’est la fête… Mais il n’y a aucun hôtel sur l’île… ils finiront donc dans une tente. Vue imprenable… petit fail pour l’hôtel mais c est pas plus mal !
La suite est confidentielle (…)  
On a juste le droit de vous dire qu’ils ont frôlé la prison, mangé du poisson péché devant leurs yeux au harpon, fait des heures de scooter, tué une bonne vingtaine de cafards et mangé du babi guling. Pour les détails croustillants, s’adresser au bureau des réclamations.

DAY 12

Aujourd’hui Mahé est de retour, Juju fonce donc sur son fidèle destrier pour récupérer son acolyte dans l’enfer de Kuta. Elle lui passe devant sans la reconnaître. Mahe est si noire, le bronzage des îles … métamorphose ! En scooter Simone, la bintang nous attend à la maison ! Pas le temps de chômer, ce soir on dîne chez Mathieu qui a une boutique de choux délicieux à Kerobokan… pasta, poulet rôti et choux, le tout accompagné d’un vin rouge balinais pas trop mauvais… Happiness.
Sur le chemin du retour, Léo bombarde tel un parisien… t’as raison le scooter en Indonésie c’est pas du tout dangereux. Juju roule comme si elle passait son BSR. Lentement, (vraiment) lentement… les filles arrivent à la maison mais Léo n’est pas là…. Et ouais c’est le risque, quand on bombarde et qu’on est pas du coin, on se perd. Ça t’apprendra à faire le mariole !
 Le réveil est un peu compliqué, le vin ça pique… Surtout quand ça fait trois mois qu’on boit de la binouze. Aujourd’hui Léo a une date avec un super tatoueur balinais. Deux petits tatouages, seulement 10 heures sur le billard. On lui souhaite bon courage et on part se dorer la pilule. Un mahi-mahi plus tard, Juliette a elle aussi une pulsion tatouage et part s’en faire un tout petit, en hommage à ses géniteurs.

DAY 13

L’amoureux de Juliette nous quitte. Juju le dépose à l’aéroport et verse une des larmes.
Très vite les globescroqueuses se remettent en route … vers de nouvelles aventures !
En ce jour n°13, on a prévu d’aller rendre visite à Antoine, un pote de Mahé qui habite à Balian beach, un coin paumé au nord est de Bali. Super dangereux de s’y rendre en scoot alors on commande un grab (version indonésienne d’Uber). On a bien fait parce qu’on aurait jamais trouvé seules.
Antoine habite en haut d’une colline, avec sa fille et sa femme Ketut, dans une belle maison entourées de bananiers et autres arbres fruitiers. Antoine est fermier, fermier reconverti. Il cultive des fruits et des légumes et élève des poulets, en toute détente. La vraie vie.
On est reçues comme des reines. Antoine nous fait visiter sa ferme, nous emmène boire une bière sur la magnifique plage de Balian et nous fait découvrir THE spot pour mater le coucher du soleil. Pour le diner on mange un délicieux bakso (boulettes de poulet dans un bouillon) et on goute un fruit de la passion géant. On part se coucher avec des étoiles dans les yeux et des rêves pleins la tête. Juju ne pense plus qu’à une chose ; monter sa ferme au Portugal, élever ses cochons et faire de la charcut’. Beau projet de vie.

DAY 14

Réveillées par le chant des coqs, on prend notre petit déjeuner sur la terrasse, avec vue sur la plage de Balian.
Papaye ? Ananas ? Fruit de la passion ? Oeuf à la coque (oeuf fraichement pondu) ? Tout est bon et tout est bio !
Avant de partir Antoine tient à nous emmener faire un tour en moto pour nous montrer les environs. On monte à 4 (lui, nous 2, et son adorable petite fille). La moto peine un peu dans les montées mais on arrive tant bien que mal au sommet de la colline. Ça valait le coup, la vue est imprenable. Sur le chemin du retour, grosse frayeur, un petit serpent vert au venin mortel nous barre la route. Mais Antoine se veut rassurant :
« Celui là si il te mord, t’as 45 minutes pour dire au revoir à ta mère … ».
NICE.
« Euh … On rentre ?! »

DAY 15

Nous voilà de retour à Seminyak, on check nos comptes en banque parce que Bali c’est pas donné… On a des palpitations, on sue, on a bien peur. Le verdict est fatal …
« Ma fille, si le Japon tu veux voir, du riz et des pâtes tu mangeras. »
Alors ni une ni deux, on appelle la bonne tante Mamelle qui nous conseille un supermarché au top. Le supermarché se trouve vers Kuta. Notre meilleur ami Maps.me est en mode guidage, on bombarde direction notre passion, les supermarchés. La route est énorme, on slalome entre les poids lourds, pas rassurées du tout. L’adresse indiquée n’est pas la bonne. Juliette sent Mahé gigoter…
J: » Qu’est ce qu’il y a ???? »
M: » ilaprilifaune. »
J:« Quoi  ? Tu dis quoi? »
M: » Il a pris le téléphone… »
J:« Mon téléphone? »
M:« …Oui … »
Explosion de rage… Juliette a envie de fracasser tous les c******* à moto de Kuta… Plus de portable, plus de photos, plus de musique. Retour à la maison illico presto, sauf qu’on a plus de GPS non plus… Les globe croqueuses sont sans mots, entre le choc, la rage et l’envie d’abandonner le scoot et de finir en taxi. Elles tournent en rond pendant une heure, avant de retrouver leur chemin.
On veut aller porter plainte ! Porter plainte ? Mais on est en Indonésie ici … ! Pour porter plainte il faut payer. Payer ?! Merci mais non merci.
Le plus drôle dans tout ça c’est que le supermarché s’appelait Grand Lucky… Maître Giraux, une petite action en justice pour publicité mensongère ?
On relativise en se marrant, l’Iphone de juju était tout pourri, sa batterie avait une autonomie d’environ 13 minutes, l’Iphone était noir et son écran blanc un faux acheté au Cambodge… Alors bon chance pour le vendre Jean-Carlos.

DAY 16

Aujourd’hui c’est la journée princesses, la tante de Juju nous prévoit une journée au top… Après quelques longueurs dans la piscine, on a le droit à un massage d’une heure et demi chacune. Et comme ce n’est pas assez, Mamelle et juju s’échappent pour un massage crânien+ brushing de princesse libanaise & massage de pieds. C’est trop !

DAY 17

Réveil aux aurores pour aller au marché au poisson de Jimbaran. Il est cinq heure et Juliette tente de réveiller Mahé, qui est sortie la veille avec l’oncle Titi.
 » Mahé? Ma poule? Ya quelquuuuuuuuun? Ah on dirait que la Bintang a eu ta peau… bah à toute hein ! ».
Le marché au poisson sent : le poisson… Des requins, des poulpes, des calamars, du thon… Ce soir ce sera Ceviche de thon rouge, poulpe grillé et ses petits légumes, encornets sautés. Juju la chef passe la journée aux fourneaux et fait même un peu de pâtisserie. Meringues, chantilly à la crème de marron, coulis de chocolat. Un petit repas pour remercier la famille de Juju, mais on ne pourra jamais en faire assez.

DAY 18

La vie de princesses c’est fini, aujourd’hui on redevient des globe-croqueuses. On règles les derniers détails, on fait le plein de produits cheap qui nous couteront un oeil en Corée et au Japon, et achète les quelques babioles qu’on veut rapporter au pays, et surtout on range le bordel qu’on que Juju a réussi à mettre dans la petite maison.
Un dernier dîner dans le meilleur restaurant de canard laqué de Bali, en famille. C’est dur de dire au revoir mais on reviendra vite ! Encore merci pour tout, gros bisous Stef et Mamelle, Roman on espère que tes triops sont super big et Jadou on t’envoie des tonnes de grimaces.
Allez, direction l’aéroport parce qu’on à un vol pour Jakarta. Une fois à l’aéroport de Jakarta on tentera de se trouver un banc de libre pour y passer la nuit, avant de reprendre un deuxième avion direction Puerto Princessa (Palawan).
La semaine prochaine on vous raconte les Philippines. Désolées pour l’absence et joyeux lundi ♥.

6 commentaires

  1. aaaa ça fait plaisir de lire vos aventures! c’est vrai que nous étions en manque! aller profitez à fond du Japon et je vous attends de pied ferme et VITE! ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s