Week IX & X. Vietnam

Salut les potes et papottes,

Tout d’abord, désolées pour le léger retard, on était overbookées !
Si notre mémoire est bonne, on s’en était arrêté au passage de la frontière cambodgo-vietnamienne. Pour connaître la suite, c’est ici que ça ce passe.

DAY 1

Apres 5 heures de bus, on arrive enfin à Saigon, alias Ho Chi Minh ville. On a réservé une nuit dans une guesthouse du district 1, assez touristique mais centralement situé. L’auberge est à 5,7 kilomètres de la station de bus, ça c’est ce qui est écrit sur Maps.me (l’appli musthave de tout backpacker qui se respecte), et puis ya le kilométrage viet … d’après le taxi on est à … tenez vous bien … 20 kilomètres.

C’est la fête au pigeon.

Comme d’hab on défend énergiquement note bout de gras, jusqu’à l’obtention du prix de 9 dollars pour le trajet. On hésite encore à accepter le marché … on a peur de se faire rouler, vaudrait pas mieux lui demander de mettre le compteur ? C’est vrai que jusqu’ici on nous a toujours dit que les taxis au mètre revenaient moins cher.

« CHI.FU.MI » des familles.

Victoire de Juliette, allé Carlos allume ton compteur !
Mauvais choix. Finalement 9 dollars c’était un bon prix … à force de se méfier des quenelles on finit par s’auto-queneller. C’est le jeu ma pauvre Lucette.

Arrivées à la guesthouse on pose nos affaires et on part se balader. Un petit retour à la civilisation n’est jamais désagréable. Dans le marché de nuit du district 1 on tente de faire baisser les prix mais c’est pas toujours easy, les viet sont sacrément durs en négo. « Very cheap price for you my friiiiiend ». Très, très, trop coriaces même.

Cette ville donne envie d’aller boire un verre sur un rooftop … Le problème c’est que les rooftop répertoriés sur internet sont un tout petit peu au dessus de notre budget. Un verre = notre budget journalier… on va éviter.
Mais figurez vous qu’en se baladant on finit par se dégoter un petit rooftop où le prix de la bière est raisonnable (le rooftop est pas hyper haut certes mais sympa quand même). Full vue sur les buildings de HCM city.

 

Quelques bières plus tard, sur la place centrale du district 1 l’ami Juliette repère … un Macdo. Et ça c’est jamais bon quand elle l’a dans le viseur … en général c’est même foutu.

« Un macmornig bigmac ou je tire ».

Mahé, quant à elle, fait péter un traditionnel fried rice garlic #passionriz. L’ail, le soir, c’est permis.

DAY 2

Aujourd’hui on a un avion à 19 heures pour Hanoi, alors pas le temps de traîner, on veut continuer à explorer HCM city. On sillonne le district du sud au nord, de l’est a l’ouest, moult fois, en partie parce que le réceptionniste de notre auberge nous a indiqué une adresse pour aller manger des banh-mi (sandwichs viet), qu’on s’obstine à chercher, mais que cette adresse n’existe pas… Du coup on retourne à l’autre bout du district, où on a repéré un plan B. Le resto est trop mimi, les portions sont mini … mais yummy!

IMG_4388

Pour digérer, rien de mieux qu’un peu de lèche vitrine, du bave vitrine même… c’est beau mais beaucoup trop cher pour des backpackeuses comme nous.

A 17 heures un taxi nous attend pour nous emmener à l’aéroport, c’est notre premier vol domestique depuis le début du voyage, et ça, ça se fête ! Un passage en douane expéditif et un contrôle des passeports inexistant, et une heure et demi plus tard nous voilà arrivées à Hanoi. Il fait 10 degrés de moins qu’a HCM mais ici ils kiffent toujours autant la clim … du coup on se les pèle un peu. Ce soir on dort dans une mini guesthouse située dans la vieille ville mais à partir de demain on a la chance d’être invitées dans une famille vietnamienne, la famille de Minh Chau ! #runthistown.

DAY 3

A 9 heures on a rendez-vous avec Trang, une amie de la famille, pour qu’elle nous conduise dans un village situé dans la banlieue d’Hanoi, où la maman de Mahé et son amie Karine ont œuvré, par le biais de leur asso Les Enfants D’abord, à retaper un dispensaire et à construire des toilettes dans l’école du village. Il faut qu’on aille voir comment tout ça a évolué depuis 2009.

Trang parle un français par-fait, ce qui nous facilite grandement les choses. À part « merci » et « santé » on ne sait pas encore dire grand-chose en viet …

Pour le dej on est invitées à manger chez Madame Lan, la sage femme en charge du dispensaire. Orgie vietnamienne. Au menu c’est fondue, mais pas la fondue à laquelle vous pensez / que vous êtes en train de manger, une fondue chinoise avec de la viande, du tofu frit, des légumes, et des nouilles (et aussi des cœurs de porcs). On laisse la photo vous expliquer.

Madame Lan nous ressert dès que notre bol est vide … on tente de ruser et d’y laisser un petit fond de bouillon pour éviter la nouvelle portion mais rien n’y fait. On est condamnées à ne plus pouvoir se relever.

La peau du ventre bien tendue (et vous allez voir ce n’est que le début!), on part visiter l’école du village, qui a bien changé. On fait le tour des salles de classe, pour le plus grand plaisir des cancres qui n’ont pas envie de travailler. On s’installe quelques minutes dans la salle du cours d’anglais, pas de doute le prof y met énormément de bonne volonté mais la langue qu’il enseigne ressemble plutôt à du mandarin… En tout cas merci pour le fou rire ! Mouhahaha.

IMG_4500

Retour à Hanoi, plus précisément dans sa banlieue. Accompagnées de Trang, notre interprète préférée, on passe la porte de la famille de Minh Chau.

Pour la petite histoire, Minh Chau c’est la petite fille (qui n’est plus petite du tout) que Mahé a gardé un petit moment lors de son arrivée en France il y a déjà quelques années. En ce moment Minh Chau est en France, elle reviendra au Vietnam cet été. On lui fait un gros bisou et on la laisse lire la suite.

On est donc accueillies par le papa, la maman, le frère, la tante et l’oncle de Minh Chau. Une véritable haie d’honneur. A peine le temps de poser nos affaires qu’on nous invite autour de la table installée dans le jardin pour prendre une bière, santé « shouksoukoué » en vietnamien ! Ce soir la tante et la maman de Minh Chau ont cuisiné pour nous, un honneur quand on connaît le palmarès culinaire des deux oiseaux ! Les plats s’accumulent sur la table.

Orgie de nems. Les meilleurs nems du monde. Fanny tu n’avais pas menti.

Après le diner, Trang et Dat (le frère de Minh Chau) nous emmènent faire un tour en ville. Vieille ville, lac de l’épée, marché de nuit, on se fait trimballer partout, tout en évitant les quenelles, c’est jouissif, on toise un peu les rares touristes qu’on croise (too cool for u).

On a toutes les deux envie de se faire percer. Suffisait de demander, Trang connaît un petit perceur tatoueur dans la vieille ville. Un petit coup de pistolet pour Mahé et une belle aiguille pour Juju. Pas le temps de dire ouf que nos oreilles ressemblent déjà a des passoires, on est ravies (sorry mommy).

C’est maintenant l’heure de se joindre à la foule de viets qui sont confortablement installés pour boire du thé glacé et grignoter des graines de tournesol. Un thé glacé et une tonne de graines de tournesol plus tard, retour à la maison. Demain on se lève tôt, et on veut nous faire goûter le petit-dej traditionnel. Une douche chaude, un lit kingsize. La vie de palace. On balance nos 20 kilos de linge vraiment sale dans la machine et coucouche panier papattes en rond.

 

DAY 4

A 8 heures pétantes, rendez-vous avec Dat et son papa pour aller manger notre premier pho. Le pho c’est le plat typique vietnamien qu’on trouve à tous les coins de rues et qui est généralement dégusté au petit dej. Mais nous on va pas à n’importe quel coin de rue… On va au meilleur pho du coin. On galère un peu avec nos baguettes et notre cuillère mais il paraît que c’est plus poli de faire du bruit alors allons-y gaiement. La soupe est délicieuse, le bœuf au petit déjeuner on y aurait pas pensé mais finalement pourquoi pas ?

Pour faire passer le pho, rien de tel qu’un petit café viet, bien corsé, servi avec du lait concentré. Le genre de café qui t’empêche de dormir pendant 24 heures. Le café est délicieux, le lait concentré on est moins convaincues.

Trang nous emmène visiter le musée d’ethnologie d’Hanoï et on continue a être traitées comme des princesses parce qu’on paye même pas l’entrée (après tout t’es dans la jetset ou tu l’es pas).

On a rien avalé depuis au moins 2 heures alors nos amis s’inquiètent. Il est l’heure d’aller faire un tour dans le resto de poisson préféré des locaux. Pas un touriste, à notre plus grand bonheur. Le principe c’est du poisson chat dans une poêle avec plein de petits légumes pour aller avec. On était un peu dubitatives suite à notre premier test de poisson chat au cambodge mais les viet eux, savent le cuisiner, et c’est délicieux !

Notre Trang nationale n’a pas l’intention de nous laisser sur cette note salée, elle insiste pour qu’on aille gouter le flan au caramel du coin de la rue … On lui explique qu’on a plus très faim, mais à peine assisses sur nos chaises en plastique on goûte la merveille, et … on en redemande.

Après nous avoir gaveés comme des oies, Dat nous fait visiter le temple de la littérature (Temple Van mieu), lieu où tous les étudiants viennent prier pour leur futur, ou juste pour avoir des bonnes notes à leurs exam (si ce lieu existait en France, Juju y aurait passé pas mal de temps…).

Après le moment culture, c’est l’heure du shopping. Le Vietnam, c’est le temple des fringues pas cher et comme on en un peu marre de porter tous les jours le même short et de laver nos trois culottes à la mano, on rentre dans toutes les boutiques. Bon … niveau fringues on galère un peu à rentrer dans la taille asiat, mais côté soutifs on est ravies.

Faire les boutiques ça donne faim c’est bien connu alors à 18 heures direction un petit resto choisi par Dat, dont la spécialité n’est autre que … la soupe de dumplings. Juju est ravie, ça faisait longtemps qu’elle rêvait de raviolis chinois… (cf week 8 ). On refile vite la peau et les foies de porc à nos acolytes parce qu’il faut quand même pas pousser Mémé dans les orties mais pour le reste c’est vraiment pas mauvais.

DAY 5

Aujourd’hui c’est dimanche, et qui dit dimanche dit grasse mat’. Dat nous laisse dormir jusqu’à … 10 heures.

Avec son amie Tien, il nous emmène voir l’une des grandes pagodes de la ville. Le temple est beau, au bord du lac. Juju y achète une tortue pour la libérer, il paraît que ça porte bonheur alors un vœu et plouf. S’en suit une petite balade dominicale au bord du lac. Dame nature a décidé qu’on avait assez pris le soleil comme ça alors aujourd’hui il fait moche… Bien moche même. On découvre les Nem Pho, des spring rolls au bœuf émincé et herbes fraiches… Trop bon.

L’amie de Dat nous propose d’aller faire du stand up paddle mais lui n’a pas l’air super emballé, alors il faut trouver un plan B … on termine dans un bar à chats, consanguins. Ca sent franchement pas bon, les chats ont vraiment de drôles de têtes et eux pour le coups ça nous étonnerait pas qu’ils aient le chikungounya… Expérience étrange.

On se ballade dans la ville et on traîne Dat dans des dizaines de boutiques, bah oui on les a pas toutes vues et surtout on a pas acheté grand chose hier. On en a toujours aussi marre de nos look de baba-romanichelles-gueshtoupaî alors on fait chauffer la CB, petite fièvre acheteuse. Tout va bien, ça va passer.

Retour à la maison pour manger parce que ca faisait longtemps… Festin comme d’habitude, poulet et poisson frit, riz, magnifique sauce tomate. Merci maman Minh Chau, tu nous régales.

Ce soir Dat veut nous faire une surprise. Il nous emmène chez son oncle, qui a une grande maison à quelques pas de celle de ses parents. Ce sera soirée karaoké. Dans une boîte de nuit privée. A laquelle on accède par un ascenseur. C’est du grand délire. On prend le mic et on rigole bien. Seul bémol ; on aurait bien aimé parler vietnamien parce que le choix de chansons anglophones à l’air de s’être arrêté aux tubes des années 2000. Bon tu me diras la chanson des Spice Girls on la quand même bien saignée. Littéralement épuisées par nos prouesses vocales (les vrais savent), on rentre à la maison. Mais nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises …

Le premier jour, on avait flashé sur la manicure- pedicure de notre hôte, on l’avait d’ailleurs complimenté, et ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd … Ce soir c’est à notre tour ! Manucure à domicile et pas par n’importe qui, notre nail master est une reine du nailart alors on s’en donne à cœur joie. On vous laisse juger du résultat. Oui l’Asie c’est contagieux et alors ?

 

DAY 6

Aujourd’hui on quitte cette merveilleuse famille, on les remercie comme on peut en allant acheter avec des patisseries françaises à gogo et eux nous donnent un petit cours de cuisine (cour de nem et de soupe pho). On serait bien restées trois semaines si on pouvait mais la route et ses merveilleux night bus nous attendent alors en avant ! Direction la bus station pour prendre un bus qui a priori fini plus souvent dans le ravin qu’à la station de bus d’arrivée. On part pour Sapa, inchallah…

Dat nous dépose a la bus station et négocie pour nous le prix des billets (rien à dire jusqu’au bout il a pris soin de nous!). A 23 heures on monte a bord de notre bus qui est censé nous emmener directement à destination mais faut croire qu’au bout d’un moment le chauffeur en a eu marre puisqu’il a décidé que le terminus serait à Lao Cai et qu’ensuite on devrait se démerder comme des grandes pour le reste du trajet. Merci vieux c’est cool, il fait pas froid en plus.

DAY 7

Apres une heure d’attente à Lao Cai, on fini par monter dans un deuxième bus, cette fois ci direction Sappaaaa !

On est arrivées à bon port mais le soleil ne s’est pas encore levé et la ville dort profondément alors même si on a réservé une chambre dans un hôtel du coin, va falloir être patientes parce que c’est pas franchement l’heure du check in.

On a du temps à tuer … même si notre hôtel est loin du centre, on part à sa recherche à pattes avec nos backpacks. Bon on a un peu galéré, on a fait trois fois le tour de la ville, mais on a fini par le trouver … en faisant appel aux services d’un taximan. Pas la faute aux globecroqueuses, celle au GPS tout pourri qui nous indiquait des rues qui n’existaient pas.

Aujourd’hui on était censées commencer un trek mais l’ami Mahé a plutôt envie de se reposer. Mahé qui repousse un trek ? Oulala ça sent la tourista à plein nez ça …

Dans notre chambre il y a des lits chauffants (on connaissait les sièges chauffants dans les voitures mais alors les lits chauffants c’est une première). On a très mal dormi la nuit dernière et il est seulement 8 heures du mat alors on se glisse sous nos édredons et on roupille jusqu’à 13 heures. Au réveil on est littéralement affamées, on enfile un pantalon et on part à la recherche d’un gueuleton digne de ce nom. On atterrit chez Baguette et Chocolat, un resto – école de cuisine, qui … a encore pas mal de progrès à faire. Selon Juliette, « les pires pâtes carbo depuis le début du voyage » (et dieu sait qu’en terme de carbo c’est pas un lapin de six semaines).

On consacre l’après-midi à aller négocier le prix de notre trek du lendemain. On se ballade en négociant les prix, et bientôt c’est le drame … au détour d’une ruelle on tombe sur une boutique qui vend des habits traditionnels … vous imaginez nos têtes ? Et surtout ce qu’on a en tête ? Allé … c’est cadeau (number 2).

DAY 8

Aujourd’hui on part pour un petit trek dans la vallée de Sappa.

Le temps d’attendre l’arrivée de tous les membres de notre groupe de marche il est presque 10 heures … c’est pas très sérieux tout ça … On commence déjà à avoir des doutes sur la qualité de la prestation.

La marche commence sur une route goudronnée et à peine une heure plus tard, c’est déjà l’heure de la première pause dans un petit restaurant sur le bord du sentier de marche. Une petite banane ou un petit paquet d’oréo pour faire glisser le petit dej qu’on a avalé il y a une heure ? Allé consommons ensemble, c’est bon pour l’économie locale. Heureusement les paysages sont beaux, presque autant d’ailleurs que nos copines Sapa qui nous escortent.

Après seulement deux heures de marche, l’heure du dej a sonné. On nous apporte quatre grands plats et chacun se sert à la bonne franquette, et pendant ce temps là nos copines tentent de nous vendre leurs sacs, leurs bijoux et leurs tissus. Tout est organisé de manière à ce qu’on claque un max de blé …

La marche de l’après midi ne ressemble pas plus à un trek que celle de la matinée. Nous qui étions habituées à faire travailler nos p’tits corps, on est un chouilla déçues … on aurait pu la faire sans guide cette ballade de santé ! On a comme l’impression de s’être faites arnaquer … Du coup bah petite gueulante en bonne et due forme auprès du patron de l’agence de trek !

« I did many many treks all around Asia and this one is by far the worst we’ve done »
Oui Juju la sportive, belle crédibilité.

Le seul point positif c’est qu’avant de prendre notre bus de nuit on a le droit de prendre une douche dans les locaux de l’agence. On repart donc toutes propres vers de nouvelles aventures, et ça c’est le grand luxe. Sapa c’est sympa, mais on a de la route !

DAY 9

Après une bonne nuit dans notre bus, on arrive sur les coups de 6 heures du matin à la Baie d’Halong. On sait d’avance que la virée en bateau qui nous attend sera tout sauf paisible. On paye 8 dollars chacune et on embarque sur le bateau de l’enfer … full chinois surexcités agrippés à leurs gilets de sauvetage fluo. Les crachats fusent, tout comme les flash de leurs appareils photos. Bref, on est comme des poissons dans l’eau.

On entend nos voisins européens se plaindre, on leur demande combien ils ont payé, ils nous répondent 30 dolls, et ce sera notre seule joie de la matinée (mouhaha belle quenelle).

Bon c’est vrai que les paysages sont beaux mais on a quand même du mal à apprécier … A 13 heures on est bien contentes de quitter ce bateau. D’ailleurs on va pas s’éterniser … C’est décidé on part pour la ville de Hué #bougeotte.

Nous voilà dans le pire bus de nuit ever, une seule femme est présente à bord et elle ne répond pas à nos sourires, le voisin de Mahé n’a qu’un œil mais cet œil est vif et regarde «fast & furious» sur la télé placée juste devant Mahé. Le film est en anglais… enfin presque … au dessus des voix originales il y a une voix de femme qui traduit en viet, cette femme est talentueuse, elle fait les voix de tous les personnages. Vous l’aurez compris, tous les protagonistes ont la même voix, celle de cette dame qui se donne elle même la réplique. Vin Diesel perd le peu de charme qu’il avait… On est dépitées.

Arrivée à Hué plutôt fracassante, le chauffeur nous dépose tout bonnement au bord de l’autoroute. Il est 5 heures du matin et il pleut, on est ravies.
D’après notre pote Maps.me notre auberge se situe à 10km d’ici. On aime bien marcher mais là la rando sous la pluie sur le bord de l’autoroute c’est peut être pas la meilleure idée.

Un taximan d’une gentillesse inégalée nous propose de nous y emmener pour la modique somme de 10 euros par tête. Mais bien sur Mahé & Juliette Rostchild à votre service.
On fait mine de rechercher un autre taxi … au détail prêt qu’a part des poids lourds, il n’y a pas grand monde sur cette autoroute.

Bon bah vieux 5 euros t’es d’accord ? Allez soit cool…

En voiture Simone, Carlos est aimable comme la porte de Fleury, il nous met de la dubstep viet a fond les ballons et invite deux inconnus à monter dans le taxi (il a vraiment du leur dire « eh viens je les ai bien pigeonnées alors free taxi pour toi mon frère »). Et comme une fois n’est pas coutume, Carlos qui ne trouve pas l’adresse de notre guesthouse nous laisse au bord de la route… Pas grave on marche et shame on you Carlos !

On avait prévenu la tenante de la guesthouse qu’on arriverait vers 1 heure du matin (heure donnée par le chauffeur du night bus), on vous laisse imaginer sa tête quand elle nous voit débarquer trempées a 6 heures… Elle nous remonte un peu les bretelles, nous dit qu’elle nous a attendu et que c’est pas cool … et on lui rétorque que nous aussi on l’a bien attendue notre arrivée et que le bus c’était vraiment pas cool. Après une micro sieste et une maxi douche, nous voilà parties en vadrouilles. Il pleut toujours et ce petit crachat londonien est fort désagréable (Mahé : « Ah ouais on dit crachin ?… »). Hué c’est sympa mais ça casse pas trois pas à un canard non plus, notre décision est prise, demain direction Hoian !

DAY 10

Un petit bus de 3 heures et nous voilà à Hoian, la ville la plus mimi du Vietnam. Il y a des lanternes partout et à priori ici, on peut manger le meilleur Banh mi du monde… Une jeune femme nous alpague à la station de bus et nous propose une jolie chambre pour 20 dollars … On fait nos plus beaux sourires et on parvient à l’avoir pour 11 dollars. La chambre est magnifique, maxi douche à l’italienne, mini bar, kingsize bed, petit balcon… La classe à Dallas.

Ni une ni deux, nous voilà sur nos biclounes à la recherche de ce fameux Banh mi et Tong ne nous avait pas menti… C’est vraiment le meilleur du pays !

La ville est bourrée de boutiques de vêtements et de chaussures sur mesure. Mahé craque et se fait faire deux robes. Juju contemple et touche avec les yeux en pensant à son cours de cuisine de demain matin… Le soir venu on engloutit quelques nems, parce que ca faisait au moins 3 jours, et on s’endort dans notre lit de princesses.

DAY 11

Réveil aux aurores pour Juju qui part arpenter les marchés et qui apprend tout un tas de recettes avec la patronne du Golden Lotus. Ca y est, la cuisine vietnamienne n’a plus de secret pour elle. On flâne dans les rues d’Hanoi et on s’organise pour la suite du périple…

Bientôt nous voilà face à un sacré dilemme, dans deux jours notre vol partira d’HCM city (direction Bali), et il existe plusieurs moyens pour s’y rendre. Le moins cher consiste à prendre un bus de 24 heures et le plus cher mais aussi le plus court consiste à prendre un train de 20 heures. Mahé a du bizbiz à faire a Saigon, elle prendra donc le train de l’enfer !!

DAY 12

Train vs Bus, les globe croqueuses ont testé pour vous.

Train :

Mahé adore les trains, en général elle s’y sent bien. Mais là c’est vrai que les conditions ne sont pas idéales … :
-le bois c’est le matériau avec lequel sont fabriqués les sièges du train,
-20 c’est le nombre d’heures de voyage,
-60 km/heure c’est la vitesse du bolide,
-des poux + des lentes, c’est ce que la petite fille qui est assisse a coté de Mahé a partout sur la tête,
-1,50 euros c’est ce qu’il reste a Mahé pour se sustenter jusqu’au lendemain,
-100 décibels c’est ce que crache le haut parleur situé au dessus de son siège,
-de la variété viet, c’est la musique préférée du conducteur. Amazing. Inutile de vous dire que c’est pas la peine de lui demander de baisser le son ou de changer de playlist.

Vous l’imaginez, Mahé est plutôt contente d’arriver. Elle n’a pas fermé l’œil de la nuit mais elle sort grandit de cette expérience, elle connaît par cœur les chansons des stars viet du moment et quitte la gare en chantonnant.

Bus :

Heure de départ prévue entre 16 et 17 heures, il est 18h15, le bus n’est toujours pas là et Juliette commence vraiment à paniquer… T’imagines si ils m’ont oubliée et que je rate l’avion pour Bali ?
A 18h30, le fameux bus pointe le bout de son nez, la place attribuée à Juju est tout simplement la dernière libre. Au fond, sur un espèce de matelas pour 3 personnes, avec deux allemandes bien musclées. Juju essaye de négocier. Un gentil viet regarde les deux allemandes avec un petit regard coquin et propose d’échanger sa place… Juliette refuse pour ne pas infliger ça à ses deux nouvelles voisines. Mais ses voisines s’avèrent être très désagréables alors retournement de veste et tanpis pour vous. Bon chance pour vos 12 heures de bus avec le jeune viet émoustillé.

Après douze heures de sommeil de plomb, le chauffeur nous dépose au bord de la route… Comme une légère impression de déjà vu sauf que cette fois Mahé n’est pas là. A priori un autre bus arrive dans 3 heures alors on a plus qu’à prendre notre mal en patience. Enfin on… non pas « on », seulement l’ami Ju, la seule tarée à prendre ce bus pour HCM. Le bus arrive bien 4 heures plus tard et dépose Juliette juste à côté de la guesthouse. Hello again Saigon !

Les globecroqueuses se retrouvent pour le souper, et pas n’importe lequel … ce soir on est invitées à diner dans un restaurant français du district 1, « La Cuisine ». Les plats sont tout simplement délicieux, et il y a de la moutarde, du pain et du vin, vive la France. Merci Philippe. Notre périple vietnamien s’achève en beauté. Demain on s’envole pour Bali … ah l’Indonésie …. !

DAY 13

Après une courte nuit, départ pour l’aéroport, on a booké un taxi mais il n’arrive pas … On attend une bonne vingtaine de minutes et la tension commence à monter. Si il y a bien un vol à ne pas rater, c’est bien celui ci !!! On monte dans le taxi, on respire un grand coup et let’s go : Ho chi Minh -> Singapour, et Singapour -> Bali.

IMG_5316

Stay tuned amigos, la semaine prochaine, on vous raconte l’Indonésie, c’est promis !

8 commentaires

  1. Trop bien j adore … On a l impression de faire partie du voyage … Les Nems donne envie ! Même si je vous lis pendant le petit dej 😜Bisou xoxox

    J'aime

  2. Merci pour cette mise en bouche, Nelly a eu raison de m’envoyer le lien. J’aurai, je l’espere, tres prochainement l’occasion de venir découvrir ce pays. Hanoï et le Nord du pays m’attirent tout particulierement, le centre pour ses vagues également… A suivre! Have a nice trip !!!

    J'aime

  3. J’aurais préféré une belle photo de foies de porc plutôt que celle de l’oreille sanguinolente…Percing, tatouage… à quand la teinture cheveux bleue, verte ou multicolore pour aller avec la manucure!!! Baisers les princesses

    J'aime

  4. Moi, ce qui m’intéresse, c’est pas le foie de porc, mais la semaine XI…
    Celle ou le binôme se transforme en singletons dans l’escale de rève…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s