Week VIII. Cambodia

DAY 1

Arrivée a Sihanoukville à 7 heures du matin, il faut maintenant qu’on prenne un bateau pour se rendre sur l’île de Koh Rong. On choisit l’option slow boat et c’est parti pour 3 heures de mer, soukez les artémuzes !

L’île vend vraiment du rêve, en résumé c’est cocotiers, sable blanc (super doux) et eau turquoise. On se trouve un banc de sable sur « la plage des 4 kilomètres » et on passe la journée à loutrer. A la nuit tombée on se fait un petit kiff, on paye 5 dollars pour qu’on nous emmène voir du plancton fluorescent. C’est assez magique, ça brille sous l’eau mais aussi dans le ciel, qui est bourré d’étoiles.

Apres cette merveilleuse virée en bateau, nos estomacs crient famine. La spécialité à Koh Rong c’est les grillades alors ni une ni deux on commande des calamars, ils sont bien grillés et aussi un peu sablés… Hier c’était la full moon, ce soir les gens sont fatigués et nous aussi, alors on rentre se coucher en tentant d’éviter les petits ruisseaux d’eaux usagées … on se lave les pieds et on frotte fort.

 

DAY 2

Réveil aux aurores car notre capitaine nous attend, aujourd’hui on part pour Phnom Penh. La mer est super agitée. Il est fort probable que le smoothie du petit dej passe par deassus bord. Juju est aussi jaune que ses voisins chinois (ah bon on avait dit qu’on arrêtait avec les chinois ?!), et Mahé est au top, encore mieux que sur le bateau de tonton Steph, le rosé en moins…

Arrivées sur le continent, on attend patiemment notre pickup pour la station de bus. Mais il n’y a personne … tant pis en tuk-tuk Simone, pas question qu’on loupe notre bus ! (Il y avait bien un pick up mais Mahé n’avait juste pas retenu le point de rdv).

Il fait 40 degrés dans le bus, on sue de la moustache comme jamais et on compte les minutes (« c’est quand qu’on mange? » – « J’ai envie de faire pipi »). Arrivées à Phnom Penh, on découvre notre auberge à la japonaise, avec des lits capsules. La clim est à fond et on a des couettes dans nos lits, bonheur !

A seulement quelques mètres de notre auberge, on tombe sur un boui-boui qui fait des dumplings… Ça fait une semaine qu’on a envie d’en manger alors c’est parti, on commande et on re-commande, c’est Byzance ce soir… ! Enfin ça c’était avant, parce que après le diner c’est plutôt Bagdad…dans le ventre de Juliette. Silence radio, deux jours au lit.

 

 

Tourista 2 / Juju 0.

Du coup, vous allez lire les aventures de Mahé en solitaire. Et Accrochez vous bien !

 

DAY 3

Hier soir, au fameux resto des dumplings, on a rencontré un jeune avocat français qui a conseillé à Mahé d’aller faire un tour au tribunal de Phnom Phen, histoire d’assister à une audience sur les massacres perpétrés sous le régime des Kmers rouges. Le tribunal est situé à 10 km du centre ville mais une occasion comme ça ça ne se loupe pas alors sans hésiter Mahé part à la recherche d’une mototaxi qui accepterait de faire l’aller retour pour moins de 10 dollars. Marché conclu, aller retour pour 9 dollars ça parait honnête, de toute façon il fait bien trop chaud pour négocier plus longtemps et puis si t’as le malheur de laisser échapper que t’es avocate (okay bébé avocate) tu perds toute légitimité dans la négo:

-Le taxi man : » you very rich, you lawyer, lot of money, good condition »…

-Mahé : « No no ! Me baby lawyer, no job for the moment, no money, backpacker… -silence +bataille de regards- bon laisse tomber, 9 dollars ok ».

Grande est la déception quand une fois arrivée au tribunal on lui annonce que l’audience a été reportée…Heureusement le taxi man n’est pas parti bien loin, il joue aux cartes avec des jeunes cambodgiens en sirotant un petit verre de … bah d’alcool de riz tiens ! C’est pour se réchauffer qu’il me dit … te réchauffer ? Tu fous ma gueule ? Il fait 40 degrés !

De retour en vie au centre ville, il est 14 heures et il fait beaucoup beaucoup trop chaud pour arpenter les rues de la capitale, alors Mahé cherche une piscine ou un endroit climatisé … jusqu’au moment où elle tombe nez à nez avec une boulangerie française, et pas n’importe laquelle ; Eric Kayser. Une baguette siouplait ! Voilà qui devrait redonner le sourire à Juju qui n’a rien avalé depuis qu’elle a rendu les dumplings de la vieille (et bon appétit bien sur).

En fin d’aprèm Mahé part rejoindre Saony, une amie de la famille, qui, pour son plus grand plaisir, lui remet deux paquets de poivre d’environ 2 kilos chacun (pour la famille en France) … cool, ça va être pratique à trimballer pendant deux mois ça !

IMG_3859

DAY 4

Aujourd’hui Juju est toujours malade… »vous reprendrez bien quelques dumplimgs? » Mouhahaha.

IMG_3833

Elle passe la journée à éteindre la clim que sa sorcière de voisine rallume immédiatement et juju nous confiera plus tard qu’elle a peur que la sorcière la tue pendant son sommeil. ( allez steuplaiiii je peux venir dans ton lit ?)

Mahé part visiter le musée du génocide cambodgien, alias S21. C’est le musée de l’horreur… Des traces de sang encore présentes sur les murs et le sol. Les témoignages sont poignants et les photos laissent sans voix.

 

Cet après midi le programme n’est pas défini, Mahé se ballade dans les rues de PP la grouillante, entre grands buildings et immeubles délabrés. Dans la rue 63, un homme et sa femme sur leur scooter s’arrêtent pour la complimenter sur ses lunettes de soleil … (des fausses Rayban achetées il y a deux ans en Thailande…) :

« Hello beautiful lady, my wife really likes your sunglasses, she thinks they are really cute, where did you buy them? ».

Bientôt un dialogue s’engage, au début au sujet des lunettes puis ensuite au sujet de la France, de Paris, du prix d’un appartement à Paris, de sa fille qui va venir y habiter le mois prochain. Il a besoin d’être conseillé sur un tas de choses. Alors il propose gentiment à Mahé de venir déjeuner chez lui. Mahé a faim … très faim, et mangerait bien un petit beef lok lac cuisiné par un autochtone, mais elle revient vite à la raison lorsque dans sa tête résonne ce vieux proverbe africain : « c’est la tête qui tient le ventre et pas le ventre qui tient la tête ». Elle décline poliment la proposition.

Elle a plutôt bien fait. On apprendra un peu plus tard que c’est la douille tendance du moment. Le mec ne t’invite pas vraiment pour te cuisiner un beef lok lac mais plutôt pour te cuisiner toi et tirer ton porte monnaie. Joie.

Mahé est en vie mais elle a toujours faim… Alors qu’elle continue à errer seule dans les rues de la ville, privée de son acolyte préférée, elle tombe nez à nez avec ce qui ressemble fort à un centre commercial. Et qui dit centre commercial asiatique dit food court géant ! Ce midi ce sera sushi party, on est au Japon dans 2 mois mais un petit chirashi ça ne se refuse pas ! Dans ce centre commercial on trouve de TOUT, même une élection de miss … priceless !

DAY 5

Un sandwich au kiri et direction Mondulkiri (c’est pas drôle certes mais c’est la vérité vraie). Mondulkiri c’est un village au nord est de Phnom Penh, où on a prévu de se faire un petit trek, et d’aller voir les éléphants #lesjalouxvontmaigrir. C’est parti pour 6 heures de minivan, mais attention pas n’importe quel minivan, un minivan du futur, avec des sièges d’américains et avec le wifi.

On a comme l’impression d’avoir été surclassées…pop champagne ?! Heu là tu pousses le bouchon un peu loin Maurice.

L’homme à gauche ronfle plus que Flo, euh que Juju quand elle a trop bu.

12516407_10153923653975729_1862266721_n

Mondulkiri c’est un village étrange, sorti de nul part. Une rue principale au milieu des montagnes, des grandes guesthouses peu accueillantes, quelques agences de trek et deux trois resto tenus par des européens dont on se demande ce qui leur est passé par la tête pour avoir l’idée d’ouvrir un business ici. Improbable mais finalement plutôt sympa.

On fait le tour des agences de trek, on négocie férocement et on book deux jours de trek avec une petite nuit dans un village pour 50 dollars.

Et ce soir ? On dort dans la guesthouse la plus cheap du village, c’est franchement pas le luxe mais avec un gros pull, des boules Quiès, un pince nez et un masque sur les yeux ça passe pas si mal.

DAY 6

A 9 heures nous voilà parties sur les sentiers cambodgiens. Deux guides nous accompagnent, l’un deux est déjà bien attaqué, une demi bouteille d’alcool de riz au petit dej c’est fort en chocolat… Mais non c’est rien… la jungle? Avec un guide bourré et un peu tactile? Même pas peur!

On marche dans la jungle, on s’arrête pour se tremper les pieds dans des cascades et on découvre des arbres à noix de cajou. Et pour la minute culture: L’arbre a noix de Cajou produit un fruit vraiment pas bon pour pas être vulgaire. Comme quoi les chiens font des chats parfois.

 

A 16 heures on arrive déjà au village, où il est prévu que l’on passe la nuit. Le chef du village nous propose de l’alcool de riz … « thankyou very much but I think we’d rather have a beer for the moment« . A 18 heures le diner nous est servi, et à 19 heures c’est l’heure du cours d’anglais, tout le monde se retrouve dans la salle se classe du village, petits et grands. Super moment.

On passera la nuit dans des hamacs de l’armée. Ça caille un peu à 4 heures du mat mais on préfère largement ça aux nattes à même le sol.

 

DAY 7

Réveillées par les coqs et les cochons, on saute de nos hamacs pour aller avaler un petit dej et nous voilà reparties sur les sentiers. Après deux heures de marche on arrive au bord d’une rivière et on peut entendre au loin leurs pas lourds … ils arrivent … nos potes les éléphants !

Mowgli est aux anges. Mahé touche avec les yeux.

 

Pour le dej on a le droit à du poisson-chat grillé. Ça vend du rêve comme ça mais en vrai c’est loin d’être un régal.

 

DAY 8  (c’est cadeau)

Le Cambodge c’est déjà fini… aujourd’hui il faut qu’on passe la frontière vietnamienne. Pour ça il faut qu’on prenne un bus en direction de Snoul (ville frontalière côté Cambodge), puis, quand on aura passé la frontière (on sait pas encore comment) on pourra attraper un bus direction Ho Chi Minh. « Va yavoir du sport … « .

 

LA FRONTIERE :

 

Le passage de la frontière Cambodge / Vietnam c’est plus cool que la frontière Laos / Cambodge, mais … c’est pas non plus de tout repos. Arrivées à Snuol après 2 heures de minivan surchargé, les taximan nous sautent littéralement dessus. La frontière est à une dizaine de kilomètres, un peu compliqué de le faire a pied par 40 degrés avec nos backpacks…ça ils le savent bien.

Pas le choix, va falloir entrer en négo avec eux. Mais qui dit négo dit aussi marche parce que les cocos veulent nous faire payer 5 dollars chacune pour le trajet en moto. On refuse et on continue à avancer…avancer…avancer…jusqu’à ce que l’un deux accepte de nous y emmener pour 2 dollars par tête.

-Mahé : « Du coup elles sont où les motos ? ».

-Juliette : « Pourquoi t’utilises le pluriel ? Tu veux parler de LA moto ? Celle sur laquelle on va monter à trois, enfin à 5 si on compte nos backpacks ? ».

 

Great.

 

On a eu un peu peur, on s’est bien accrochées l’une à l’autre, le Monsieur roulait très vite et les camions qui nous doublaient roulaient encore plus vite. On a peut être fait une prière ou deux. On est arrivées entières, on a filé nos passeports à la douane, on a obtenu notre tampon (personne ne nous a demandé de payer quoi que ce soit, on comprendra après qu’ils nous réservaient les quenelles pour plus tard) et on a sauté dans le bus direction Ho Chi Minh. Tout ça en 30 minutes chrono. Voilà le topo…

12087469_10153923642295729_1485218937_n

 

Dans la continuité de la semaine dernière, quelques petites perles orthographiques dégotées à droite à gauche et une belle contrefaçon relevée par Maître Giraux. On vous laisse apprécier.

 

12825115_10153924571550729_142990204_nIMG_3417IMG_341612834702_10153924571980729_1893790821_n12803978_10153923653000729_1136911023_n

Juliette a donc pris des pâtes à la souce et Mahé s’est contentée de deux trois macarons La Doré… Et puis une bonne nuit dans leur soft Berth plus tard elle décidèrent de partir pour New Your. 

Bisous à la famille, aux copains et aux autres.

 

Vous nous manquez on se console comme on peut… (sorry not sorry)

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s